'PARCOURS'

 

Née à Lausanne en 1977, Delphine Costier a passé son enfance et son adolescence entre la région lausannoise et les montagnes valaisannes. Du bleu du lac au bleu du ciel, du béton à l’ardoise, un large spectre de couleurs qui a marqué durablement son regard d’enfant et son âme. Sa sensibilité et ses prédispositions au dessin, qu’elle partage en famille depuis toujours, la conduisent à l’Ecole Cantonale des Beaux-Arts du Valais d’où elle ressort diplômée en 1998. Durant ses années d’études, Delphine découvre et expérimente de nouveaux médias et s’intéresse particulièrement à des sujets tels que le paysage, l’auto-portait émotionnel et le ressenti personnel.

 

Delphine s’envole alors pour la Chine pour un premier voyage de recherches, avant de s’installer en Angleterre. Au cours de ces quatre années sur sol anglais, elle participe à divers ateliers de création artistique, décroche un diplôme d’architecte d’intérieur à l’Université de Plymouth et travaille sur sa première série d’œuvres consacrées au paysage et à l’horizon When Earth meets the Sky (2000-2002). L’année suivante, elle collabore avec l’architecte Mark Green sur l'aménagement de lieux publics, tout en menant une nouvelle recherche artistique intitulée Landscape of the Mind (2002-2003), dans laquelle se rencontrent et se côtoient des matières telles que la toile, le carton, la peinture à l’huile, la corde, et des extraits de textes d’Antony Zanghi, auteur lausannois.

 

En 2004, Delphine s’installe à Paris, travaille dans la conception et la création d’espaces de vie dédiés aux enfants et produit un nouveau cycle d’œuvres picturales De Plymouth à Pékin (2004-2006). Une série de toiles comme autant d’expériences, de sentiments, d’impressions, d’événements, qui, mis bout à bout, racontent une vie. L’artiste décrit ses peintures comme des autoportraits d’émotions, une recherche d’équilibre entre ce que nous vivons, le réel, et ce que nous ressentons. Un travail qui mettra ensuite au jour une préoccupation pourtant déjà présente de longue date dans le développement de son œuvre, celle de la relation entre la nature et l’être humain.

 

Deux ans plus tard, elle rentre en Suisse et installe son atelier à Lausanne, tout en travaillant comme architecte d’intérieur avec le cabinet d’architectes MR&A. Ses recherches artistiques la conduisent une nouvelle fois à tisser des correspondances entre son travail pictural et les textes d’Antony Zanghi dans la série Affinité de destins (2006-2007). Suit Quelque part au milieu de nulle part (2007), une série de travaux sur les accidents pétroliers. En 2007, l’artiste est finaliste du prix FEMS de la Fondation Edouard et Maurice Sandoz. Son installation Respire… (2008) consacrée à la nature en milieu urbain est alors présentée en ville de Montreux dans le cadre de la Biennale de 2008.

 

Suite à cela, elle s’envole pour un nouveau voyage de recherches et de développement artistiques sur les routes d’Asie, du nord du Japon à la pointe sud de l’Inde. Pendant une année, ses techniques d’expression, qui sont alors le croquis, la photo et la vidéo, lui permettent de développer son projet de recherches sur l’homme et la nature et sur la nature de l’homme.

 

De retour à Lausanne, Delphine se consacre entièrement à ses recherches et à ses travaux en arts plastiques et réalise la série d’œuvres intitulées Nature Urbaine (2009-2011). Avec l’ouverture de son atelier de création à Yverdon-les-Bains en 2011, elle poursuit ses recherches en dessin et en peinture.  

Valentine Kuntschen

Copyright © 2019 – Delphine Costier, All rights reserved.

Aucune photo ne peut être reproduite en entier ou en partie sans une autorisation